“Dans la plupart des hôpitaux, la logistique a longtemps été traitée en parent pauvre parce que ne faisant pas partie du core business. Les turbulences traversées par les hôpitaux font cependant que la logistique bénéficie aujourd’hui d’une attention accrue, même si le chemin à parcourir reste long. Il existe heureusement nombre de solutions pour relever ces défis. Les établissements de soins devront pour cela s’inspirer de ce qui se fait ailleurs, dans l’industrie notamment, dont l’expérience est la bienvenue.”

Contrôle des coûts

“Des résultats annuels, il ressort que 40% des hôpitaux flamands ont réalisé en 2012 une marge bénéficiaire (bénéfice courant) de moins de 0,5%. En moyenne, le résultat opérationnel des hôpitaux belges a reculé par rapport à 2009. Il faut dire que les frais de personnel ont fortement augmenté (+16% en quatre ans), alors que le chiffre d’affaires n’a progressé que de 12%. Selon l’analyse MAHA de Belfius (2013), l’occupation globale des lits a légèrement baissé, de 74,1% en 2010 à 73,2% en 2012. En raison des retards dans la publication des rapports financiers, les directeurs d’hôpitaux n’ont par ailleurs pas la possibilité de prendre la balle au bond lorsqu’il s’agit de faire des prévisions, de planifier la capacité et de prendre des décisions. Tout ceci fait qu’il est difficile de contrôler les coûts.”

Commencer par déterminer les processus

“Il s’agit tout d’abord de déterminer et d’analyser les futurs processus d’entreprise et ensuite seulement de prendre des mesures pour implémenter un outil (ERP). Redessiner le processus d’achat et de logistique peut permettre d’importantes économies. Un meilleur catalogue peut ainsi réduire sensiblement la diversité de la demande d’articles. Un contrôle budgétaire chez le demandeur est par ailleurs un concept fort pour augmenter la conscientisation quant aux coûts. Les établissements de soins sont aussi confrontés à des problèmes logistiques parce que chaque service de support organise son propre processus logistique. L’achat groupé (voir encadré Hospilim) également permet aux établissements de soins de négocier des prix plus avantageux. Enfin, des mécanismes de contrôle automatiques doivent être intégrés pour les factures de livraison.”

Economies possibles

*15% d’économies dans les processus primaires. Une étude récente du Center for Healtcare Operations Improvement and Research (CHOIR) de l’Université de Twente établit que les hôpitaux parviennent à traiter jusqu’à 30% de patients en plus avec le même personnel grâce à un planning plus efficace et une utilisation optimale des moyens limités que sont les lits, la salle d’opération et le personnel.
*30% d’économies dans les processus secondaires. Des clean rooms séparés coûtent aux hôpitaux belges 188 millions d’euros par an, amortissements compris. Une étude Möbius de 2013 démontre que si on opte pour un seul clean par province, ces coûts baisseraient de 84 millions d’euros.
*30% d’économies dans les processus tertiaires. Les activités logistiques destinées aux services sont actuellement organisées séparément par différents fournisseurs: pharmacie, cuisine, logistique, etc. En opérant de manière centrale et en regroupant toutes les activités logistiques, le trafic logistique sera moins important sur le campus hospitalier, le service meilleur et la charge de travail moindre.

Encadré: vers davantage de collaboration logistique entre les hôpitaux limbourgeois

Les hôpitaux peuvent aussi réaliser de sensibles économies en achetant ensemble des biens et des services. Un exemple de ce type de collaboration est HospiLim, un accord de collaboration régional entre onze hôpitaux généraux et centres psychiatriques limbourgeois, qui effectuent actuellement des achats groupés afin d’obtenir ainsi de meilleurs prix. Les livraisons ont encore lieu auprès de chaque hôpital individuellement, mais les établissements participants se demandent ce qu’ils peuvent encore faire ensemble pour réduire les coûts et augmenter l’efficience. Möbius a étudié le business case pour davantage de collaboration logistique entre les hôpitaux limbourgeois. “Si rien ne change, les frais vont augmenter de plusieurs millions d’euros parce que les hôpitaux vont bientôt devoir garantir la traçabilité de plusieurs flux de biens (médicaments, implants, etc.). Si les hôpitaux collaborent et centralisent leurs efforts, les investissements nécessaires à l’accréditation seront plus supportables. Les investissements dans la traçabilité, que tous les hôpitaux participants doivent réaliser ensemble, seront récupérés en travaillant conjointement,” précisent Danny Boeykens et Dries Van Halewyck. “Dans le concept étudié, l’objectif est que cette collaboration aboutisse à un partenariat logistique au sens large du terme. Le ramassage dans les services de différents flux de biens, ainsi que la consolidation et leur transport peuvent également être centralisés. Ce concept d’une plate-forme de logistique des soins permettra aussi de rendre non seulement possibles les avantages d’une logistique intégrée, que chaque hôpital recherche individuellement, mais même de les renforcer au niveau du groupe.”
Quote: “Il s’agit tout d’abord de déterminer et d’analyser les futurs processus d’entreprise et ensuite seulement de prendre des mesures.”
Infos: www.mobius.be