C’est pour cette raison que la province du Brabant flamand et Savoro – le centre d’expertise en durabilité de Probis et DLV/Profex – vont étudier dans les prochains mois comment les maisons de repos pourraient réaliser des économies financières et écologiques substantielles grâce à un bon équilibre entre la répartition interne et externe des tâches. Votre maison de repos peut elle aussi participer à cette recherche ‘Zorg voor duurzame zorg’.

 

Le Brabant flamand, province pilote

Le Brabant flamand a été choisi comme province pilote. Dans sept maisons de repos, les méthodes de travail actuelles en matière de nettoyage, de blanchisserie, de cuisine et de gestion des déchets vont être étudiées au moyen d’un scan éco-logistique.

Cette approche permettra de porter un regard neutre, indépendant et multidisciplinaire sur les processus logistiques en cours, tant en termes économiques qu’écologiques.

Economie et écologie

Ces deux points de vue sont essentiels pour fournir de manière durable des soins et un service de première qualité aux résidents. Il s’avère en effet trop souvent que l’interaction permanente entre économie et écologie est méconnue.

Des mesures rapides et simples peuvent ainsi mener à long terme à des résultats conséquents surprenants, que ce soit sur le plan de la réduction des coûts et de la consommation énergétique que sur celui de la gestion des moyens et du matériel.

Pourquoi participer à cette étude?

Les maisons de repos participantes reçoivent à l’issue du scan éco-logistique approfondi :

  • une analyse détaillée des points forts et des points faibles des processus logistiques actuels
  • un benchmark avec les maisons de repos participantes
  • un plan d’action personnalisé basé sur des objectifs SMART économiques et écologiques réfléchis

Vous souhaitez collaborer à ce projet?

Vous souhaitez obtenir une idée claire du potentiel économique et écologique (sous-)utilisé de votre maison de repos ?

Contactez dès aujourd’hui Probis pour un aperçu complet des conditions de participation. Le nombre d’organisations pilotes est en effet limité à sept.