Les élections du mois de mai approchent. Pendant la législature écoulée, le secteur des soins aux seniors a été marqué par bien des nouveautés en Flandre.

 

Les dossiers en cours en matière de maisons de repos sont en passe d’être achevés. Ainsi, le “décret campus” va bientôt voir le jour, permettant à différentes implantations de se regrouper sous certaines conditions et d’obtenir un numéro d’agréation unique. Des projets innovants ont par ailleurs reçu une base légale et sont en cours de réalisation, tandis que le court séjour flexible est actuellement testé dans différentes maisons de repos.

 

Indicateurs de qualité

Dès avant le lancement des indicateurs de qualité, de nombreuses questions ont été soulevées quant à l’organisation, le financement, la facturation, etc. Ce qui est sûr, c’est que le dernier mot n’a pas encore été dit en la matière. Les premiers enquêteurs se rendent en ce moment dans les maisons de repos pour y poser des questions sur la qualité de vie, tant aux résidents qu’aux membres de leur famille. Ces critères subjectifs sont là pour compléter les indicateurs objectifs, lesquels ont été publiés. La définition de plusieurs facteurs objectifs est entre-temps revue, pour cause de manque de clarté. L’application des nouvelles normes de prévention d’incendie suscite elle aussi des questions.

 

Nouvelles compétences

Le nouveau ministre sera lui aussi confronté à la mise en attente des permis préalables par le biais d’un calendrier de planification.  Dès le premier jour d’installation du nouveau gouvernement flamand, le ministre devra travailler durement. Qui dit nouvelles compétences, dit politique propre mais aussi plus grandes responsabilités, auxquelles tout un corps de fonctionnaires donnera forme. Reste à espérer qu’il n’y aura pas de bouleversement complet de la donne actuelle. Le nouveau gouvernement flamand pourrait conjuguer économie des réglementations et politique financière prudente. Bref, tout un défi…