Nichée dans le quartier agréable du Vosseslag (Le Coq), offrant des panoramas de verdure et située à proximité des greens du Royal Ostend Golf Club et de la mer, la maison de repos Golf by Zilverduin ne pouvait rêver d’une meilleure implantation. Orpea a choisi ce site pour y construire un tout nouveau projet, pour lequel le groupe n’a pas lésiné sur les moyens. L’entrée côté jardin est à elle seule impressionnante avec des statues exposées avec plaisir par le consortium d’artistes locaux. Sans parler de l’intérieur. Parmi les résidents également, certains aussi débordent de talent artistique. Un entretien avec le directeur Anthony Cafmeyer.

 

Golf by Zilverduin existe officiellement depuis juin de cette année?

“Nous avons en fait accueilli notre premier résident le 29 décembre 2014. Le bâtiment n’était alors pas encore tout à fait achevé. Pour la restauration, nous avons donc d’abord travaillé avec un traiteur externe. Mais depuis le mois de mars, nous sommes entièrement opérationnels. L’inauguration, l’ouverture officielle vers l’extérieur, quant à elle, a eu lieu en juin. Nous comptions alors une vingtaine de résidents. Entre-temps, nous en avons 40.”

 

La maison de repos dispose de 91 lits agréés sur un total de 108. Pas moins de 71 logements à assistance sont également prévus. Il y a par ailleurs un lien avec les maisons de repos d’Ostende et de Knokke via Orpea?

“Orpea est une société cotée en Bourse (avec siège à Paris) qui est présente dans toute l’Europe avec plus de 60.000 lits. Au cours de la seule année 2015, dix nouvelles résidences ont été ouvertes et dix autres verront le jour l’an prochain. A la côte belge, nous avons ainsi ouvert une maison de repos à Ostende et celle-ci, au Coq. L’ouverture de celle de Knokke est prévue pour janvier ou février. Ailleurs en Flandre, la maison de repos de Destelbergen a fait office de pionnière, à laquelle s’est récemment ajoutée celle de Louvain en octobre. Orpea est aussi connue à Bruxelles et en Wallonie, où nous disposons déjà de plusieurs résidences.”

 

En quoi cette maison de repos se distingue-t-elle?

“Les maisons de repos et de soins sont notre core business. Nous nous concentrons sur la donnée soins, avec les facilités qui vont de pair, comme un espace de balnéothérapie et un espace « snoezel » ou espace sensoriel. Le tout est combiné à l’élément hospitalité: l’aspect hôtelier, les magnifiques bâtiments, la situation unique, etc. Les collaborateurs sont parfaitement entraînés pour fournir les soins requis. Notre personnel soignant aide ainsi systématiquement les résidents dépendants à manger. Ce qui est unique dans cette maison de repos, c’est que les repas sont servis par un maître d’hôtel et son personnel de salle. Le tout se déroule à partir d’une cuisine ouverte. Les repas doivent être tous les jours irréprochables.”

 

Votre chef vient ni plus ni moins de l’entourage du chef étoilé Yves Mattagne?

“Yves Mattagne assure l’accompagnement, mais en fin de compte, c’est notre chef qui exécute le travail. Il est aussi très à cheval sur la présentation. Les repas (à midi et le soir au restaurant, les résidents prenant leur petit déjeuner dans leur chambre, ndlr.) sont des moments dont les gens se réjouissent. Avec l’activité du matin et celle de l’après-midi, ce sont les moments essentiels de la journée pour lesquels les résidents se déplacent. En plus des visites qu’ils reçoivent bien entendu: la famille passe généralement boire un verre au bar à l’heure de midi. Pour le reste, nous offrons surtout de l’accompagnement et des soins dans la chambre.”

 

Vous occupez actuellement quarante collaborateurs et ils seront une centaine lors de l’occupation complète. N’est-ce pas un peu beaucoup?

“Cela fait partie de mon travail de veiller à ce que le budget soit respecté. Orpea a fait cet investissement afin d’établir une différentiation, si bien que nous avons un grand nombre de collaborateurs comparé au nombre de résidents. Pour nous, le service et la qualité sont des priorités. Nous voulons donc offrir ce bel encadrement avec suffisamment de collaborateurs. Si la qualité devait laisser à désirer, c’est qu’il y aurait un problème avec notre concept.”

 

Les prix commencent à 75 euros par jour par personne. La publicité par ce biais ne pose-t-elle pas problème?

“Nous sommes transparents. La législation flamande nous oblige de toute façon à afficher les prix à la réception. Le prix de nos chambres commence en effet à 75 euros par jour et peut atteindre 120 euros pour de grandes chambres en suite avec vue sur mer. C’est la superficie de la chambre qui détermine le prix, car le service doit être le même pour tous.”

 

La proximité du Club de Golf contribue-t-elle au standing de la maison de repos?

“Notre nom est Golf by Zilverduin. Nous avons en effet des contacts avec des personnes de la direction du club de golf et plusieurs résidents y sont aussi connus. Mais nous n’allons pas régulièrement jouer au golf avec les résidents. Nous visons cependant à être intégrés au Coq, dans ce sens que nous avons de bonnes relations avec l’administration communale et des associations, comme le cercle artistique et les clubs de seniors.”